Aussi, le ḥāfiẓ Aboū l-ﺀAbbās al Moustaghfiriyy rapporte dans son livre intitulé Faḍā’ilou l-Qour’ān (p225/180, chapitre de ce qui a été rapporté concernant l’autorisation de porter le taﺀwīdh [qui est un synonyme du mot ḥirz] comportant du Qour’ān avant la descente de l’épreuve) :

« (…) Mālik Ibnou ‘Anas [c’est-à-dire l’Imām Mālik] nous a rapporté d’Ibni Chihāb [qui était un de ses enseignants dans la science du ḥadīth] : « Je suis entré chez ‘Anas Ibnou Mālik [un des compagnons du Prophète Mouḥammad] et je l’ai vu accrocher un taﺀwīdh autour du cou d’un de ses fils, alors je lui ai dit : « Ô toi, père de Ḥamzah, est-ce que l’épreuve est descendue sur lui [c’est-à-dire sur son fils] ? Il [c’est-à-dire ‘Anas Ibnou Mālik ] a dit : « Non ! » Puis il a posé sa main sur mon épaule et a dit : « Ô toi, père de Bakr, j’ai entendu le Messager de Allāh, ṣalla l-Lāhou ﺀalayhi wa sallam, dire :


" لا بأس بتعليق التعويذ من القرآن قبل نزول البلاء وبعد نزول البلاء "


(Lā ba’sa bi taﺀlīqi t-taﺀwīdhi mina l-Qour’āni qabla nouzoūli l-balā’i wa baﺀda nouzoūli l-balā’), c’est-à-dire : « Il n’y a pas de mal dans le fait de porter autour du cou le tawīdh comportant du Qour’ān avant la descente de l’épreuve comme après la descente de l’épreuve » (cf. scan de la page de son livre ci-dessous).



Ainsi, le très célèbre ḥāfiẓ Ĵalālou d-dīn as-Souyoūṭiyy, dans son livre Ĵāmiﺀou l-‘aḥādīth (p495/16018), rapporte également cette parole d’une part, du ḥāfiẓ ‘Aboū Naﺀīm al ‘Aṣbahāniyy qui la rapporte de ﺀĀ’ichah la femme du Prophète, et d’autre part de ad-Daylamiyy (201/5, 7950) qui la rapporte de ‘Anas. Et ceci est également rapporté dans le livre Kanzou l-ﺀammāli fī sounani l-‘aqwāli wa l-’afﺀāl (p225/28413) par ᵌAlā’ou d-dīni bni qāḍi Khān al Qādiriy ach-Chādhiliyy al Hindiyy.


Lire la suite

 



Le ḥāfiẓ (spécialiste de la science du ḥadīth) Aboū l-ﺀAbbās Ĵaﺀfar Ibnou Mouḥammad Al-Moustaghfiriyy est décédé en 432 de l’Hégire (rahimahou -l-Lāh), c’est-à-dire il y a plus de 1000 ans. Il était un savant du madh-hab Ḥanafiyy.

L’illustre successeur des compagnons (at-tābiﺀiyy) Mouḥammad Ibn Mouslim Ibn Chihāb Az-Zouhriyy était un médinois, spécialiste du fiqh (jurisprudence) et de la science du ḥadīth. Il a rencontré une dizaine de compagnons du prophète (ṣalla l-Lāhou ﺀalayhi wa sallam). Il était l’un des enseignants de l’Imam Mālik, ainsi que d’autres grands savants tels que l’Imam Soufyān Ath-Thawriyy.

L’Illustre compagnon, Anas Ibnou Mālik ibn n-Naḍar Al-Khazraĵiyy Al-Anṣāriyy est décédé en 90 de l’Hégire (raḍiya l-Lāhou ﺀanhou), il était l’un des compagnons qui étaient au service du Prophète (ṣalla l-Lāhou ﺀalayhi wa sallam), de ce fait, il est l’un de ceux qui ont transmis le plus de ḥadīth.