Dans son livre al fatāwa l-ḥadīṫiyyah page 22, le grand savant du fiqh et du ḥadīṫ, le ṡayḳ ‘Aḥmad bnu muḥammad bni ᵌaliyy bni ḥajar al haytamiyy al makkiyy al miṣriyy aṡ-āfiᵌiyy, décédé en 973 de l’hégire a dit :

8. Il lui a été demandé raḍiya l-Lāhou ᵌanhu : quel est le jugement religieux de la science des ‘awfāq ? Il a répondu que Allāh lui accorde longue vie : « La science des ‘awfāq ne représente pas de danger si elle est utilisée dans ce qui est permis, nul doute qu’il a été rapporté de al Ġazāliy et d’autres leur attachement à cette science, et il m’a également été rapporté de notre ṡhayḳ, ṣhayḳu l-‘islām, Zakariā al ‘anṣāriyy, qu'il excellait dans ce domaine et qu’il a composé un ouvrage précieux dans ce domaine. Par contre si la personne souhaite s’appuyer sur cela pour quelque chose d’interdit alors c’est interdit. Par conséquent le jugement est selon l’intention qu’on a. Et Allāh sait plus que tout autre la réalité des choses. » (cf: scan de la page du livre ci-dessous).

scan de fatawa_hadithiah

 

D'autres savants célèbres ont composé des ouvrages dans cette science, et parmi eux :

  • Muḥammad bnu ᵌalīyy bni muḥammad le ṡayḳ ṡabrāmallisiyy al-mālikiyy (originaire de ṡabrāmallis en Egypte) décédé en l’an 1021H a composé plusieurs ouvrages dédiés à cette science dont ṭawāliᵌu l-‘iṡrāqi fī waḍᵌi l-‘awfāqi, al-‘irṡādu li l-ᵌilmi bi ḳawāṣi l-‘aᵌdād, et an-nubḋatu l-wafiyyatu fī waḍᵌi l-‘ awfāqi l-ᵌadadiyyah.

 

  • Le ṡayḳ, le muḥaddiṫ ᵌabdu r-Raḥmāni bnu ᵌabdi l-Qādiri l-fahriyy l-fāsiyy l-mālikiyy, décédé en l’an 1096H a consacré plusieurs ouvrages à la science des ‘awfāq qu’il a intitulé al ‘iġtibāṭu bi ṡarḥi nuzhati l-istinbāṭ, tabyīnu maᵌnā l-mujmal fī ᵌilmi l-jadwal, ainsi que al-‘iġrāqu fī baḥri l-‘awfāq.

 

  • Le ṡayḳ ‘Aḥmad bnu aḥmad bni salāmati l-qalyūbiyyi ṡ-ṣāfiᵌiyyi l-miṣriyy, décédé en l’an 1069H a écrit une risālah sur la science des ‘awfāq.

 

  • Le ṡayḳ ᵌabdu l-Lāhi bnu ᵌazūzi l-marākiṡiyyi s-sūsiyyi, décédé en l’an 1204H y a consacré un ouvrage du nom de lubābu l-ḥikmah.

 

  • Le ṡayḳ al qāsimu bnu ᵌabdi r-Raḥmāni bni yaḥya l-jaznā’iyy ayant fait partie des savants du 11è siècle de l’hégire, a écrit un ouvrage sur le sujet du nom de ‘arjūzatun fī ᵌamali l-‘awfāq.

 

  • Le ṡayḳ ᵌabdu r-Raḥmāni bnu Muḥammad bni ᵌaliyyi bni ‘aḥmada l-basṭāmiyyi l-ḥanafiyy, décédé en l’an 858H a composé dans cette science raṣḥu ḋaway l-ḥikmati r-rabbāniyyati fī ṣarḥi ‘awfāqi l-lamᵌati n-nurāniyyah.

 

  • Le ṡayḳ ‘Aḥmad bnu muḥammad bni ᵌuṫmāni l-‘azdiyyi l-ᵌadawiyyi l-marākṣiyy connu sous le nom de Ibnu l-bana’, décédé en 721 de l’hégire à une risālah sur la science des ‘awfāq.

 

  • L’illustre savant, le muḥaddiṫ, le ṡayḳ ‘Abū l-maḥāsan Muḥammad bnu ḳalīli l-qāwūqjiyy l-ḥanafiyyi ṭ-ṭarābulsiyy ṫumma l-madaniyy, décédé en l’an 1306H a écrit aṭ-ṭawru l-‘aᵌlā ṡarḥu d-dawri l-‘aᵌlā.

 

Encore une fois, au regard des preuves qui viennent d'être citées aussi bien dans l'école ḥanafite, mālikite, ṡāfiᵌite que ḥanbalite, aucune considération n'est apportée à celui ou celle qui contredit le caractère permis de porter sur soi des huruz contenant des combinaisons de chiffres issus de cette science. Et celui ou celle qui prétend que cela serait du chirk, qu'il craigne Allāh car il déclare mécréants des musulmans sans aucune preuve.