بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم


La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maītre Mouḥammad Al-‘Amīn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier Mouḥammad.

Mouḥammad ﺀalayhi ṣ-ṣalātou wa s-salām est notre maître et notre guide, la cause de notre joie, notre éminence et notre prophète, celui au sujet duquel Son Seigneur a dit :

 

﴿لَقَدۡ جَآءَكُمۡ رَسُولٌ مِّنۡ أَنفُسِكُمۡ عَزِيزٌ عَلَيۡهِ مَا عَنِتُّمۡ حَرِيصٌ عَلَيۡكُمۡ بِٱلۡمُؤۡمِنِينَ رَءُوفٌ رَّحِيمٌ﴾

 

[souratou t-Tawbah / 128] (laqad ĵā’akoum rasoūloun min ‘anfousikoum ﺀazīzoun ﺀalayhi mā ﺀanittoum ḥarīṣoun ﺀalaykoum bil-mou’minīna ra’oūfoun raḥīm) ce qui signifie : « Est venu à vous un messager d’entre les vôtres, qui a de la peine pour ce que vous endurez, qui veille à vous faire parvenir le bien ; compatissant et miséricordieux avec les croyants. » Celui au sujet duquel Son Seigneur a dit :

 

﴿وَمَآ أَرۡسَلۡنَاكَ إِلاَّ رَحۡمَةً لِّلۡعَالَمِينَ﴾

 

[souratou l-‘Anbiya’ / 107] (wa mā ‘arsalnāka ‘illā raḥmatan lil-ālamīn) ce qui signifie : « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les mondes. »

Mouḥammad, les coeurs s’attendrissent pour lui, les âmes se réjouissent grâce à lui, les yeux de ceux qui l’aiment se mettent à briller et les larmes se mettent à couler tel le chameau qui a pleuré en le voyant et qui s’est plaint à lui de la lourdeur de sa charge. Nous le languissons comme le tronc sec du palmier que le prophète avait délaissé pour le minbar qu’on lui avait fabriqué ; ce tronc a gémi comme un enfant jusqu’à ce que le prophète le serre dans ses bras. Du bois s’est langui du Messager de Allah alors qu’en est-il de nous !

N’ayons pas honte, nous qui l’aimons, des larmes qui perlent dans nos yeux dès qu’on l’évoque. Sa description physique, ses qualités parfaites, l’excellence de son comportement nous poussent à l’honorer davantage et sont autant de preuves de son degré éminent. Sa compagnie était si agréable et sa bienfaisance si abondante. Sa promptitude à passer le salām, son aptitude à visiter les malades, à participer aux convois funéraires, sa capacité à pardonner aux gens et à les réconcilier témoignent de sa grandeur d’âme.

Mouḥammad était le plus généreux, le plus intelligent, le plus indulgent, le plus courageux, le plus équitable, le plus chaste et le plus pudique. Il réparait lui-même ses sandales, il raccommodait lui-même ses vêtements. Il accomplissait chez lui les tâches ménagères. Il mangeait ce qu’on lui présentait et ne refusait pas ce qu’il trouvait. Allah dit :

 

﴿وَإِنَّكَ لَعَلَىٰ خُلُقٍ عَظِيمٍ﴾

 

[souratou l-Qalam / 4] (wa‘innaka laalā khoulouqin ﺀaẓīm) ce qui signifie : « Tu as certes un comportement d’excellence. »

Il était le plus éloquent des gens et le plus agréable dans son discours. Al-Barā’ a dit : « Je n’ai jamais entendu quelqu’un avec une voix plus belle que la sienne. » Et notre maître Mouḥammad lui-même a dit :

 

"ما بَعَثَ اللهُ نبيًا إِلّا حَسَنَ الوَجْهِ حَسَنَ الصَّوتِ وإِنَّ نَبِيَّكُمْ أَحْسَنُهُمْ وَجْهًا وأَحْسَنُهُمْ صَوْتًا"

(ma baatha l-Lāhou nabiyyan ‘illā hasana l-waĵhi hasana ṣ-ṣawti wa‘innā nabiyyakoum ‘aḥsanouhoum waĵhan wa‘aḥsanouhoum ṣawtā) ce qui signifie : « Allah n’a pas envoyé un seul prophète sans qu’il ait un beau visage et une belle voix. Certes, votre prophète est celui parmi eux qui a le plus beau visage et la plus belle voix. »

 

Notre maître Mouḥammad avait une voix encore plus belle que celle de Dāwoūd au sujet de qui Allah dit :

                                                        

﴿وَلَقَدۡ آتَيۡنَا دَاوُودَ مِنَّا فَضۡلًا يٰجِبَالُ أَوِّبِى مَعَهُ وَٱلطَّيۡرَ وَأَلَنَّا لَهُ ٱلۡحَدِيدَ﴾

 

[souratou Saba’ / 10] (wa laqad ‘ātayna Dāwoūda minna faḍlan yā ĵibālou ‘awwibī maahou wa ṭ-ṭayra wa‘alannā lahou l-ḥadīd) ce qui signifie : « Nous avons accordé à Dāwoūd un mérite de Notre part : ô vous montagnes et vous oiseaux, faites le tasbīḥ avec lui. Et Nous avons fait que le fer soit souple entre ses mains. » Et cela parce que sa voix était si belle que lorsqu’il glorifiait Dieu, les montagnes et les oiseaux Le glorifiaient avec lui.

 

Et notre maître Mouḥammad était encore plus beau que notre maître Yoūsouf à qui Allah a accordé la moitié de la beauté existant chez les humains et au sujet duquel Il a dit :

 

﴿فَلَمَّا رَأَيۡنَهُ أَكۡبَرۡنَهُ وَقَطَّعۡنَ أَيۡدِيَهُنَّ وَقُلۡنَ حَاشَ لِلَّهِ مَا هَـٰذَا بَشَرًا إِنۡ هَـٰذَآ إِلاَّ مَلَكٌ كَرِيمٌ﴾

 

[sourat Yousouf / 31] (fa lammā ra‘aynahou ‘akbarnahou wa qaṭṭa^na ‘aydiyahounna wa qoulna ḥācha lil-Lāhi mā hādhā bacharan ‘in hādhā ‘illā malakoun karīm) ce qui signifie : « Quand elles le virent, elles s’émerveillèrent en le contemplant et se tailladèrent les mains [sans s’en rendre compte]. Elles dirent : "Gloire à Dieu, ça ne peut pas être un homme, ça ne peut être qu’un ange honoré !" »

Notre maître Mouḥammad ﺀalayhi ṣ-ṣalātou wa s-salām avait une belle barbe, des sourcils arqués et fins et un front large. Il avait des yeux noirs ornés de kouḥl. Son corps ne comportait aucun défaut. Il était de taille moyenne, de poitrine large, sa tête bien proportionnée. De la base de son nez jaillissait une clarté resplendissante. Il avait des joues planes et des dents très blanches et ses incisives centrales supérieures étaient légèrement écartées. Il n’était ni gras ni sec mais de corpulence moyenne. Il avait les mains larges au sens propre comme au sens figuré. Il marchait à vive allure et d’un pas souple.

Ô Messager de Allah comme ta description est belle comme tes caractères sont parfaits et comme ton mérite est grand sur ta communauté ! Que Allah t’honore et t’élève davantage en degrés dans la vie de l’au-delà et dans la vie d’ici-bas.

 

الحَمْدُ لله رَبِّ العَالَمِيْنَ

La louange est à Allāh, le Créateur du monde.